Warhammer

Another day, another corpse, another traitor

(Mettre ici une ellipse subtile qui justifie la non rédaction de la fin de l’aventure précédente)
Alors que nous arpentons le chemin du retour, de Delbrez à Middenheim (?), nous tombons sur un aventurier mal chanceux, baignant dans son sang et à l’article de la mort. Tandis que j’explore les alentours de la scène du crime, Widman tente de soigner l’infortuné qui n’aura d’autre salut que de nous nous faire promettre de transmettre la nouvelle de sa mort à sa famille. La demeure en question se trouve à quelques heures de cheval vers l’Est. Poussé autant par mon appât du gain que la bonté du Mage, nous décidons d’accéder à sa requête.
A la tombée de la nuit, nous faisons face à un manoir inquiétant, posé au milieu d’une clairière, elle même perdue dans une profonde forêt.
Une femme nous ouvre, l’air grave, et à entendre notre récit, elle fond en larme. Le mari ne tarde pas à faire son apparition sur le porche. Il tente de consoler sa femme tout en gardant la contenance qui caractérise les familles nobles et anciennes du Vieux Monde.
Alors que je confie le cadavre de Gustave au domestique, Ondurin Vonreuter nous offre l’hospitalité pour la nuit.
Après une rapide présentation des autres membres de la famille, nous passons à table.
Celui qui nous sert les plats, le seul domestique de la maison, au physique solide et au visage peu expressif se nomme Lothar. De part et d’autre de la table, se trouve Ondurin, âgé mais bien conservé et révéré dans sa maison, Sonne, sa femme, à la posture altière mais totalement effacé. Face à nous, Anya Vonreuter une jeune femme blonde à l’allure innocente qui boit nos paroles alors que je conte nos aventures, à sa droite, sa grande soeur, Wilhelmina l’aîné des filles d’Ondurin, très belle et affable et qui la rabroue presque en permanence. A la droite de celle-ci, Héléna, une petite fille de 5 ou 6 ans qui pourrait être sa fille. Enfin, Sothelin Vonreuter, dernier descendant mâle de la famille, presque totalement absent.
Les plats sont simples mais savoureux et alors que les enfants regagnent leurs appartements, nous proposons a notre hôte nos services pour peu qu’il veuille en apprendre d’avantage sur la mort de son fils. Devant le refus de ce denier, nous prenons congés. Nous suivons alors Lothar, qui doit nous amener jusqu’à nos chambres, dans un dédale de couloirs à telle point que nous serions incapable de revenir sur nos pas, mais n’est-ce justement pas là le but du major d’homme…
Nos chambres sont mitoyennes et sans fenêtre, et alors que nous les inspectons, Lothar referme les portes à clé derrière nous arguant que c’est pour notre propre sécurité.
Je garde mon sang froids mais Widman semble plus aux aguets et propose un tour de garde adossé au mur qui sépare nos deux chambres.
Alors que je suis sur le point de sombrer dans le sommeil, la température de pièce baisse brusquement et une apparition fantomatique à l’image du défunt m’apparait et me murmure de sa voix spectrale une mise en garde contre Ondurin qui attire à lui les aventurier avec sa dépouille afin d’en faire des sujets d’études pou ses expériences nécromantique.
Quelques coups d’épaule et me voila dehors, quelques secondes plus tard nous sommes dans le couloir et partons dans la direction opposé de celle par laquelle nous sommes arrivés. Alors que je marque les portes devant lesquelles nous passons avec ma dague, nous réalisons que le labyrinthe de couloirs ne peut pas être de construction humain mais possiblement l’effet d’une puissante magie.
Une porte sur notre gauche attire notre attention, elle est a double battant et bardée de verrous. Je pénètre discrètement dans la pièce et découvre une cellule qui retient un jeune homme captif. Il s’agit de Jonah Vonreuter, un autre membre de cette famille de dément, retenu prisonnier depuis des années pour désobéissance à son père…
Il nous propose son aide mais la prudence nous incite à lui attacher les mains alors que nous le libérons. Cette mesure de précaution ne l’empêchera pas de fracasser deux lampes huile alors que nous le suivons dans les méandres du manoir. Excédé par son attitude, je met au silence cet aliéné qui n’aurait jamais du voir le jour.
Nous nous éloignons au plus vite des flammes qui rongent les tentures et enfume le couloirs avant de tomber sur Lotar toujours aussi impassible. Cette maison doit nous avoir affecté mentalement pour que nous le suivions et l’aidions à éteindre l’incendie alors que nous tentions de nous enfuir.
L’incendie maitriser, Lothar se tourne vers nous et nous attaque. Le combat fut de courte durée, Widman mettant hors jeu notre adversaire avec un sort de sommeil. Ce n’est pas l’envie qui me manque de lui trancher la gorge mais mon acolyte insiste pour le garder en vie et c’est pourquoi nous l’enfermons dans la cellule de feu Jonah.
Peut-être que la nature foncièrement bonne de Widman provoqua une intervention divine, mais nous réussirons a retrouver notre chemin jusque dans la hall d’entrée.
D’un commun accord, nous décidons de mettre fin de toute cette mascarade. A l’étage nous gagnons la chambre d’Anya qui comme nous le présentions est le souffre douleur de la famille. Elle confirme l’origine magique et nécromantique de la force qui nous retiens ici.
LA seule solution d’en finir avec Ondurin.
Plus loin dans le couloir, Anya se fige devant la porte des appartements de son père. Ma tentative d’infiltration sera un échec, son bureau, derrière lequel il se tient, faisant directement face à la porte que je viens d’entrouvrir. Le reste n’est que sauvagerie: coup d’épée dans la chair et puissante magie. Ondurin poussera son denier soupir cette nuit là, et avec lui toutes les engeances qu’il aura ramené à la vie, y compris Héléna.
Nous mettons la main sur les objets de valeurs et alors que Wilhelmina et Sothelin sont introuvables nous ne pouvons qu’espérer qu’ils périssent dans les flammes de cette maison maudite.

Comments

SylvainBodin nihilist

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.